Divers

Madrid sous surveillance, l’une des cinq capitales européennes les plus surveillées

Que vous preniez le métro ou le train, que vous soyez au bureau ou à la banque, de nos jours, à Madrid, de plus en plus de lieux publics sont équipés d’un système de vidéosurveillance qui surveille en silence, remplissant les espaces de caméras de sécurité. Cependant, la législation européenne restreint l’installation en masse de ces systèmes.

Après une étude minutieuse sur les villes les plus surveillées au monde, réalisée par le cabinet de conseil britannique Comparitech, Madrid apparaît comme l’une des cinq capitales européennes ayant la plus forte densité de systèmes avec les meilleures caméras de surveillance et la télévision en circuit fermé présente dans les rues, ainsi que dans les lieux publics, avec une moyenne d’environ 4,42 caméras vidéo pour mille personnes, se plaçant finalement derrière des capitales telles que Londres, Berlin, Varsovie et Vienne.

La question importante ici est de savoir quel est le but réel de cet énorme déploiement d’équipements de sécurité, car il est bien connu qu’il y a une grande différence entre une simple observation et une surveillance constante. En outre, il faut garder à l’esprit que pour que la surveillance soit efficace, il est absolument nécessaire d’identifier ou de reconnaître les personnes par leur visage, ce qui se fait grâce aux nouvelles technologies d’intelligence artificielle qui ont été développées sur une longue période et qui ont maintenant atteint des points très avancés.

Cependant, il y a une chose très importante à garder à l’esprit, et c’est que ce genre de vigilance dans le pur style « big brother » affecte de manière significative tout aspect privé et intime des personnes vivant dans un pays. C’est pourquoi, au niveau législatif, ces technologies de surveillance exigent une série de règles de protection de toutes les données personnelles bien plus élevées que celles actuellement en vigueur en Espagne, à savoir la législation nationale sur la protection des données personnelles et le GDPR.

Ces systèmes de sécurité fonctionnent en collectant une énorme quantité d’informations sur les utilisateurs, qui comprennent non seulement des informations détaillées sur le visage des personnes, mais aussi leur réaction aux nombreux stimuli qu’elles reçoivent quotidiennement et même leurs habitudes les plus simples. Pour de nombreux utilisateurs, ce type d’intrusion dans la vie privée est une attaque manifeste qui met sans aucun doute en danger les droits et la vie privée des personnes.

C’est pourquoi, à l’heure actuelle, afin de garantir que les données collectées par reconnaissance faciale sont traitées conformément à chacune des normes de sécurité, il est nécessaire de procéder à une « évaluation d’impact » pour empêcher l’accès non autorisé de tiers.

Ce type d’exigence rend beaucoup plus compliqué l’autorisation de l’enregistrement vidéo ou de la capture d’images avec la technologie de reconnaissance faciale, ce qui ne permet son application que dans certains cas, qui doivent être très bien justifiés, comme par exemple dans les situations où la zone ou le quartier a un taux de criminalité élevé. Cependant, il est arrivé que l’installation d’un de ces systèmes de vidéosurveillance n’ait aucune justification possible, ce qui donne lieu à ce type de critiques et de manifestations des utilisateurs contre l’utilisation injustifiée de cette technologie et garantissant qu’il s’agit d’une violation manifeste de la vie privée.

Rappelons-nous le fameux scandale qui s’est produit il y a peu de temps et qui était lié au commerce et à la négociation de nombreuses données privées où le réseau social et maintenant la société multimillionnaire Facebook étaient impliqués avec la société Cambridge Analytica sur la base d’intérêts totalement politiques.

Après cette situation inconfortable, de nombreuses puissances mondiales ont décidé, peut-être par obligation, de commencer à accorder plus d’importance à la question de la collecte de données par les entreprises à des fins commerciales, en passant à la loupe les règles et les lois sur la vie privée des utilisateurs qui existaient jusqu’alors et en mettant en œuvre de nouvelles, notamment sur la reconnaissance faciale et la vidéosurveillance, qui sont quelques-uns des points qui nécessitent beaucoup plus de réglementation.

Les effets des systèmes de vidéosurveillance en Espagne

Tant le Règlement général sur la protection des données ou RGPD de la législation européenne en vigueur que la Loi organique sur la protection des données personnelles et la garantie des droits numériques de la législation espagnole ont pour principale fonction de restreindre l’utilisation et le placement de tout système de vidéosurveillance à grande échelle, en mettant l’accent sur les systèmes qui, grâce à l’intelligence artificielle, parviennent à reconnaître les utilisateurs qui apparaissent dans les enregistrements vidéo.

La méthode utilisée par ces systèmes pour parvenir à la reconnaissance faciale consiste à générer diverses données biométriques, qui doivent être traitées avec le plus grand soin, en les cataloguant comme des informations sensibles nécessitant une protection particulière, car elles peuvent affecter directement la vie privée des personnes.

Dans certains cas, l’installation de systèmes de surveillance est très bien justifiée, en particulier dans les quartiers centraux de Madrid, qui sont connus pour être les plus conflictuels. De même, dans la « Estación Sur » de Madrid, un nouveau système de reconnaissance faciale très efficace et à la pointe de la technologie a été installé, permettant de réduire jusqu’à 95 % la criminalité dans cette zone.

En conclusion, cette nouvelle technologie fonctionne en scannant les visages des utilisateurs qui utilisent cette station, en les comparant automatiquement avec ceux stockés dans ses bases de données, réalisant ainsi une quantité étonnante de scannages et de comparaisons allant jusqu’à cinquante millions par seconde. Cependant, étant donné qu’environ soixante-dix mille personnes accèdent à cette station chaque jour, certains groupes peuvent se demander si ce système agit dans les limites de la sécurité et de la vie privée des individus.